Sélection de la langue

Recherche

Guide alimentaire canadien
Lignes directrices canadiennes en matière d’alimentation

Qu’est-ce qu’on entend par « Lignes directrices canadiennes en matière d’alimentation »?

Les Lignes directrices canadiennes en matière d’alimentation font état des lignes directrices et considérations de Santé Canada en matière de saine alimentation.

Les recommandations sur la nutrition pendant la petite enfance, y compris celles entourant l’allaitement, sont présentées dans l’énoncé sur La nutrition du nourrisson né à terme et en santé.

On recommande l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois et la poursuite de celui-ci jusqu’à l’âge de deux ans ou plus en l’accompagnant d’aliments complémentaires appropriés. Cette mesure est importante sur le plan nutritionnel. Elle assure une protection immunologique tout en favorisant la croissance et le développement des nourrissons et des jeunes enfants.

  • Ces lignes directrices visent à promouvoir la saine alimentation et le bien-être nutritionnel global tout en contribuant à l’amélioration de l’environnement alimentaire au Canada.
  • Elles sont destinées aux professionnels de la santé et aux responsables des politiques.
  • Elles serviront de ressource lors de l’élaboration de politiques, de programmes et de ressources éducatives en matière de nutrition destinées à l’ensemble des Canadiens âgés de deux ans ou plus.
  • Les personnes qui ont des besoins nutritionnels particuliers, y compris les personnes recevant des soins en milieu clinique, pourraient avoir besoin de recommandations additionnelles de la part d’un ou d’une diététiste.

Outils et ressources connexes

La ressource intitulée Modèle canadien de saine alimentation1 s’appuie sur le contenu du présent rapport tout en le complémentant.

  • Le modèle de saine alimentation a pour objectif de fournir des recommandations plus spécifiques sur les types et quantités d’aliments et les différentes étapes de la vie (comme les jeunes enfants et les personnes âgées).
  • Ce modèle vise également les professionnels de la santé et les responsables des politiques.
  • Ce modèle de saine alimentation pourra être utilisé comme ressource additionnelle lors de l’élaboration des politiques d’approvisionnement dans certaines institutions, comme les établissements de soins de longue durée, et le milieu hospitalier.

Les Recommandations en matière d’ alimentation saine présentés à l’Annexe A traduisent les Lignes directrices canadiennes en matière d’alimentation en messages simples, pertinents et fondés sur des données probantes. Ces recommandations sont à la base d’une application en ligne adaptée aux appareils portables moderne et facile à consulter. Ce site héberge les outils et ressources qui aident les Canadiens à mettre les lignes directrices en pratique dans leur vie quotidienne. Parmi ces outils et ressources, mentionnons :

  • Un outil interactif1 qui fournit de l’information sur mesure aux adolescents, aux adultes, aux parents et aux personnes âgées en tenant compte de divers milieux de vie, comme la maison, le travail et l’école. Cet outil prend également en compte les déplacements, les achats à l’épicerie et les repas pris à l’extérieur.
  • Des ressources Web, comme des fiches d’information, des vidéos et des recettes visant à aider les Canadiens à mettre en pratique les Lignes directrices canadiennes en matière d’alimentation.

Aperçu du présent rapport

Ce rapport s’appuie sur les meilleures données scientifiques disponibles. Il contient des lignes directrices et des considérations pertinentes en matière de saine alimentation qui peuvent être mises en pratique dans le contexte canadien.

Ce rapport est composé des quatre sections suivantes :

La section 1 met l’accent sur les aliments et boissons de haute valeur nutritive qui sont les fondements de la saine alimentation.

La section 2 décrit les types d’aliments et de boissons qui peuvent avoir un impact négatif sur la santé lorsqu’ils sont consommés sur une base régulière.

La section 3 met en lumière les compétences alimentaires en tant que moyen pratique favorisant la saine alimentation.

La section 4 explique l’importance de créer des environnements qui favorisent la saine alimentation.

Les considérations fournissent des directives complémentaires sur certains enjeux importants en matière de santé publique tout en reconnaissant le contexte dans lequel les Canadiens vivent, apprennent, travaillent et se divertissent. Le contexte inclut les variations de l’approvisionnement alimentaire en fonction des régions et aussi la capacité des individus d’y accéder. Certaines considérations prennent en compte la diversité culturelle de la population canadienne, tandis que d’autres s’appuient sur des statistiques en matière de santé et des données de consommation des aliments au Canada. D’autres considérations reflètent les facteurs et conditions qui ont une influence sur les choix et comportements alimentaires, y compris déterminants de la santé.

L’Annexe B renferme la liste complète des lignes directrices et considérations.

Comment ce rapport a été élaboré

Santé Canada a développé un processus de décision à multiples étapes afin d’établir les présentes lignes directrices. Ce processus est décrit brièvement à l’Annexe C.

Santé Canada a utilisé les meilleures données probantes disponibles pour traduire la science entourant l’alimentation et la santé en lignes directrices en matière de saine alimentation. Le ministère s’est appuyé sur les données probantes publiées entre 2006 et 2018.1,2 Pour de plus amples renseignements sur nos examens des données probantes, veuillez consulter : Effets des nutriments et des aliments sur la santé : Mise à jour intérimaire des données probantes 2018

Les lignes directrices noo 1 et noo 2 ont été développées à partir de conclusions convaincantes tirées de rapports scientifiques incluant des revues de littérature systématiques approfondies sur la relation entre l’alimentation et la santé.1,2 On retrouve une liste de ces rapports dans le Tableau 1. Ces conclusions convaincantes s’appuient sur des données probantes bien établies et elles ne seront probablement pas modifiées à court terme advenant la publication de nouvelles données. Les conclusions classées « probables », « possibles » ou « insuffisantes » dans les rapports scientifiques pris en compte lors de l’examen des données probantes1, 2 ont aussi été considérées au cours du processus d’élaboration de la politique. Les données probantes à l’appui de la ligne directrice noo 3 proviennent surtout de l’analyse effectuée par Santé Canada des conclusions entourant les compétences alimentaires, y compris celles des interventions visant à promouvoir et améliorer ces compétences.3-5

Les considérations ainsi que la section 4, visent à favoriser la mise en œuvre des lignes directrices par les professionnels de la santé et les responsables des politiques. Elles reflètent l’approche axée sur la santé de la population utilisée par Santé Canada lors de l’élaboration des lignes directrices. Cette approche prend en compte le vaste éventail de facteurs et de conditions qui ont un impact important sur la santé.

Tout au long de l’élaboration du présent rapport, les scientifiques de Santé Canada ainsi que les experts en nutrition et en santé de la population ont collaboré avec d’autres ministères et agences du gouvernement du Canada. Ces spécialistes ont demandé à des universitaires et à des représentants des gouvernements provinciaux et territoriaux, d’ordres/organisations de professionnels de la santé, d’organisations caritatives du secteur de la santé et d’organisations autochtones nationales de leur fournir des avis.

Santé Canada a également pris en compte les résultats de deux rondes de consultation publique sur la révision du Guide alimentaire qui ont été menées à l’automne 2016 et à l’été 2017 pour s’assurer de développer des lignes directrices pertinentes et claires pour la population canadienne en général.

Santé Canada a aussi considéré les lignes directrices en matière d’alimentation en vigueur dans d’autres pays pour avoir une vision globale de leur communication (la communication de leur développement, de leur contenu et de leur utilisation en éducation et en promotion de la santé).6

Importance des directives en matière d’alimentation

Notre alimentation a un impact sur notre santé.

Au Canada, les risques liés à l’alimentation comptent parmi les trois principaux facteurs de risque responsables du fardeau des maladies, tel que mesuré par la mortalité et l’invalidité combinés.7 Les deux autres facteurs sont le tabagisme et un indice de masse corporelle (IMC) élevé. Les maladies chroniques liées à l’alimentation, particulièrement les cardiopathies ischémiques, les accidents vasculaires cérébraux, le cancer colorectal, le diabète et le cancer du sein figurent parmi les principales causes de décès prématuré au Canada.7,8

Les maladies buccodentaires, comme la carie dentaire, et les principales maladies chroniques liées à la nutrition qui sévissent au Canada, comme le diabète et les maladies cardiovasculaires, partagent certains facteurs de risque.11 La carie dentaire touche 57 % des enfants canadiens de 6 à 11 ans et 96 % des adultes au cours de leur vie.12 Chaque année au Canada, des enfants de 1 à 5 ans subissent des chirurgies dentaires sous anesthésie pour traiter la carie dentaire.13 Les enfants autochtones sont surreprésentés à cet égard.14 En 2015, les dépenses totales reliées aux services dentaires ont été estimées à 13,6 milliards de dollars.15

Au Canada, le fardeau des maladies chroniques varie en fonction des populations. Ainsi, on observe un fardeau plus important chez les peuples autochtones au Canada que dans la population canadienne en général. Par exemple, on observe des taux de diabète disproportionnellement élevés chez les peuples des Premières Nations.9, 10 Ces taux varient toutefois d’une communauté à l’autre et aussi entre les divers peuples autochtones, à savoir les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Les peuples autochtones sont en outre confrontés à divers obstacles quant à la prise en charge adéquate des maladies chroniques.

Au Canada, les maladies chroniques sont responsables d’environ un tiers des coûts de soins de santé directs.16 Compte tenu des taux élevés d’obésité,17,18 du mode de vie sédentaire19,20 et du vieillissement de la population,21 l’impact des maladies chroniques continuera vraisemblablement d’augmenter à moins que des actions soient entreprises pour contrer les nombreux facteurs qui ont une influence sur l’alimentation.

L’environnement alimentaire a un impact sur notre alimentation.

L’environnement alimentaire exerce une influence sur nos choix d’aliments et de boissons.22 Par exemple, les aliments et boissons disponibles à la maison et ceux offerts dans les magasins de détail en alimentation et les restaurants peuvent avoir un impact majeur sur ce que nous mangeons et buvons et sur la façon de le faire. Par ailleurs, chez les peuples autochtones, l’alimentation peut être influencée négativement par la disponibilité limitée d’aliments obtenus par des moyens traditionnels, comme la chasse, la pêche, le trappage et la cueillette, et les nombreux obstacles qui limitent l’accès à ces aliments.23-29

En plus de la disponibilité des aliments et des boissons, il faut prendre en compte le fait que nous sommes exposés à un flux constant de messages changeants et souvent contradictoires sur la saine alimentation. Le marketing alimentaire évolue rapidement; les messages sont transmis par de nouveaux canaux, comme les médias sociaux. Dans cet environnement informationnel complexe et encombré, il est parfois difficile pour les Canadiens de faire des choix alimentaires sains.

La promotion de la saine alimentation est une responsabilité partagée.

Les Lignes directrices canadiennes en matière d’alimentation peuvent avoir un impact considérable sur la santé nutritionnelle. Les professionnels de la santé et les responsables des politiques de tous les secteurs et de tous les ordres de gouvernement peuvent utiliser celles-ci en tant que ressources pour orienter leurs décisions entourant les programmes et les politiques. Par exemple, les politiques qui reflètent ces lignes directrices peuvent améliorer l’environnement alimentaire dans les écoles, les milieux de travail, les centres récréatifs et les établissements de soins de santé.30, 31 Tel que décrit à la Section 4, la mise en place d’environnements favorables dans divers milieux pourrait accroître l’impact positif des lignes directrices en matière d’alimentation sur les individus, les familles et les communautés.

Tableau 1 : Rapports scientifiques incluant des conclusions convaincantes* dans des revues de littérature systématiques approfondies sur la relation entre l’alimentation et la santé

Source Titre du rapport

American College of Cardiology/American Heart Association 2013

Guideline on lifestyle management to reduce cardiovascular risk: a report of the ACC/AHA task force on practice guidelines

Centre international de Recherche sur le Cancer 2018

IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans – Red Meat and Processed Meat

Dietary Guidelines Advisory Committee 2015

Scientific report of the Dietary Guidelines Advisory Committee: advisory report to the Secretary of Health and Human Services and the Secretary of Agriculture

Dietary Guidelines Advisory Committee 2010

Report of the Dietary Guidelines Advisory Committee on the Dietary Guidelines for Americans

National Health and Medical Research Council 2011

A review of the evidence to address targeted questions to inform the revisions of the Australian Dietary Guidelines

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture 2014

Graisses et acides gras dans la nutrition humaine – Rapport d’une consultation d’experts

Organisation mondiale de la Santé 2017

Health effects of saturated and trans-fatty acid intake in children and adolescents: Systematic review and meta-analysis

Organisation mondiale de la Santé 2016

Effects of saturated fatty acids on serum lipids and lipoproteins: a systematic review and regression analysis

Organisation mondiale de la Santé 2016

Effects of trans-fatty acid intake on blood lipids and lipoproteins: a systematic review and meta-regression analysis

Organisation mondiale de la Santé 2012

Guideline: sodium intake for adults and children

Santé Canada 2016

Résumé de l’évaluation par Santé Canada d’une allégation santé au sujet des légumes et des fruits et de la maladie du cœur

Santé Canada 2015

Résumé de l’évaluation par Santé Canada d’une allégation santé au sujet des protéines de soya et de la diminution du cholestérol

Santé Canada 2014

Résumé de l’évaluation par Santé Canada d’une allégation santé au sujet des graines de lin entières moulues et de la diminution du cholestérol sanguin

Santé Canada 2012

Résumé de l’évaluation par Santé Canada d’une allégation santé au sujet des produits à base d’orge et de la diminution du cholestérol sanguin

Santé Canada 2012

Résumé de l’évaluation par Santé Canada d’une allégation santé au sujet du remplacement des gras saturés par des gras monoinsaturés et polyinsaturés et la diminution du cholestérol sanguin

Santé Canada 2010

Résumé de l’évaluation d’une allégation santé au sujet des produits d’avoine et de la diminution du taux de cholestérol sanguin

Scientific Advisory Committee on Nutrition 2015

Carbohydrates and health report

Société canadienne de cardiologie 2016

Lignes directrices de la Société canadienne de cardiologie sur la prise en charge de la dyslipidémie pour la prévention de la maladie cardiovasculaire chez l’adulte

World Cancer Research Fund International 2018

Continuous Update Project (CUP) report: breast cancer

World Cancer Research Fund International 2018

Continuous Update Project (CUP) report: colorectal cancer

World Cancer Research Fund International 2018

Continuous Update Project (CUP) report: oesophageal cancer

World Cancer Research Fund International 2018

Continuous Update Project (CUP) report: liver cancer

World Cancer Research Fund International 2018

Continuous Update Project (CUP) report: cancers of the mouth, pharynx, and larynx

World Cancer Research Fund International 2018

Continuous Update Project (CUP) report: energy balance and body fatness

*On entend par conclusions convaincantes, les conclusions qui ont obtenu la cote « élevée » de la part de l’American College of Cardiology/American Heart Association, de la Société canadienne de cardiologie et de l’Organisation mondiale de la Santé ainsi que les conclusions classées dans la catégorie « forte » par le Dietary Guidelines Advisory Committee, celles classées dans la catégorie « suffisante » par Santé Canada, celles classées dans la catégorie « Groupe 1 : Cancérigène » par le Centre international de Recherche sur le Cancer, celles classées dans la catégorie « adéquate » par le Scientific Advisory Committee on Nutrition, celles classées dans la catégorie « convaincante » par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et le World Cancer Research Fund/American Institute of Cancer Research et celles qui ont obtenu la cote « A » de la part du National Health and Medical Research Council.
Date de modification: